Sur la piste de Bruno Cottenoir-Marcotte

Je recevais récemment un courriel de Daniel Marcotte au sujet d’un certain Bruno Cottenoir-Marcotte.

 » Je fais des recherches sur la famille Marcotte et je me demande pourquoi Bruno Cottenoire a le patronyme Marcotte de rattaché au sien ainsi qu’a certains de ses enfants.

De plus, sur votre site, Bruno n’apparait pas dans les descendants de Joseph/Élisabeth Letendre alors que la recherche de son nom, toujours sur votre site, donne Joseph/Élisabeth Letendre comme parents. »

Est-il un fils adopté ? Merci de me répondre. Daniel Marcotte

______________________________________________________________

Je me suis donc lancé sur la piste de Bruno Cottenoir pour découvrir ce qui suit:

En premier lieu, clarifions la confusion possible du fait qu’il existe dans les années 1870 deux familles portant les mêmes noms, tant du côté du mari que de la femme. En effet, à saint-David il y a un certain Joseph Quotenoir ( Cotnoir) (1844-1898) marié à une certaine Élisabeth Letendre (1850-1933), fille de Basile Letendre et originaire de Saint-Michel d’Yamaska. Ce couple s’avère être mes arrières grands-parents.

Référence: thumb_Cotnoir_Letendre(02) (Cliquer la miniature)

Par ailleurs, dans le village voisin de Saint-Michel de Yamaska, il existe un autre couple formé suite au mariage de Joseph Cottenoir (1847-1904) et d’Élisabeth Letendre (1847-1873), fille de Pierre Théodore Letendre et d’Adélaide Plante.

L’année 1873 est une année cruciale dans cette recherche puisqu’Élisabeth décède à l’âge de 26 ans, six jours après avoir donné naissance à un fils, Bruno. Ce dernier portera pendant de nombreuses années le patronyme de son père. Il semble toutefois qu’il a été pris en charge dès sa naissance (adopté si l’on veut) par son grand-père maternel, Pierre Théodore Letendre. Il habitera chez celui-ci jusqu’à son mariage en 1892. Nous y reviendrons.

On constate par ailleurs que son père, Joseph Cottenoir, n’est pas demeuré veuf bien longtemps puisqu’il se remarie avec Elisabeth Thivierge en novembre de la même année (2873). 14 enfants naîtront de cette union.

__________________________________________________

Revenons à Bruno. Son nom (écrit cette fois Bruno Cotnoir) apparaît au recensement de 1881 (voir PDF) de même qu’à celui de 1891. Il est alors âgé de 18 ans et habite toujours chez son grand-père Pierre Letendre. Il se marrie le 12 juillet 1892 à Saint-Germain de Grantham sous le nom de Bruno Cottenoir avec Regina Violy de cette paroisse. Cette dernière donnera naissance à 12 enfants.

___________________________________________________

Il est intéressant de suivre les déplacements ou déménagements de ce couple. Leurs trois premiers enfants naissent à Saint-Germain de Grantham, le quatrième à Saint-Anne de Danville. Les cinq suivants à St-Aimé d’Asbestos et les quatre derniers à St-Frédéric de Drummonville. Bruno décède à cet endroit en 1926.

Le séjour à Asbestos est crucial dan cette histoire. Les enfants nés à cet endroit sont baptisés sous le nom de Cotnoir, le père étant identifié comme étant Bruno Cotnoir et la mère comme étant Régina Vielie, ou Vallée ou encore Viallé (déformation de Violy). Il en va de même pour ceux qui naîtront par la suite à St-Frédéric de Drummondville.

Toutefois, lors du recensement de 1901 dans Asbestos village, toute la famille d’alors porte l’unique patronyme de « Marcotte » (voir Recensement de 1901). Il en va de même pour le recensement de 1911 à St-Frédéric de Drummondville.

Je n’ai pas d’explication à fournir. C’est tout à fait par hasard que j’ai découvert cela dans le recensement de 1901 effectué à Asbestos. Le nom de Bruno Cotnoir n’y étant pas, j’ai cherché uniquement le prénom Bruno. Dans tous les documents que j’ai consultés (actes de baptême, de naissance, de sépulture) je n’ai pu établir de lien généalogique entre les patronymes Marcotte et Cotnoir (ou leurs diverses épellations).

Le mystère reste entier pour moi. Peut-être pourrait-on m’éclairer là-dessus?

À l’exception du jeu de mots facile entre la première partie de notre patronyme – Cotte (noir) et la dernière du vôtre – (Mar) cotte je ne vois rien d’autre!

Bruno Cottenoir-Marcotte a sans doute travaillé à la mine Jeffrey en opération depuis 1879 à Asbestos. Sa fiche de recensement indique qu’il est « journalier », donc employé quelque part sans autre précision. (Voir document en pdf)

 

Le nom de famille Marcotte est tout de même fort répandu à l’époque. Selon le recensement canadien de 1901 il y aurait eu environ 1,100 individus seulement au Québec portant ce nom!

Dans notre base données il y a 32 individus associés au patronyme Marcotte.
Lien: http://cotnoir.net/genealog/search.php?mybool=AND&nr=50&tree=-x–all–x-&mylastname=marcotte&lnqualify=con

Il faut noter que les descendants mâles de Bruno Cottenoir-Marcotte ont tous laissé tomber la partie Cottenoir de leur nom de famille.

C’est donc un dossier qui demeure ouvert.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s