La dot de Claire Boisvert

Les temps ont bien changé. Il est parfois fort intéressant d’examiner les documents qui ont marqué l’existence de nos prédécesseurs. C’est ce à quoi je vous convie; soit à un examen d’un document intitulé « Traité de mariage entre Léon Préville et Claire Boisvert » rédigé le 8 janvier 1848 à Saint-Ambroise-de-Kildare en la maison de Michel Boisvert marchand de bois et résidant en cette paroisse, située dans la région de Lanaudière, province de Québec, par le notaire public Louis Ignace Désiel de Joliette.

Les individus concernés sont d’une part une future mariée, âgée de 20 ans,  du nom de Claire Boisvert, née le 14 mai 1828 qui s’apprête à épouser un dénommé Léon Préville né le 7 mai 1825.


Notre intérêt pour ce couple vient du fait que Léon est l’un des 13 enfants de Charles Préville (1787-1877). Charles Préville est le fils d’Étienne Cottenoir (1738-1801). En effet, ce sont les enfants d’Étienne Cottenoir qui commencé à ajouter à leur patronyme de Cottenoir celui de « dit Préville ».

Pour quelle raison ? Nous l’ignorons toujours. Ce sujet devrait faire l’objet d’une chronique sous peu.

Léon Préville est donc l’un des descendants à la quatrième génération de nos ancêtres à toutes et à tous : Anthoyne Cottenoire et Marguerite Provencher qui se sont épousés en 1682 au Cap-de-la-Madeleine.

Revenons aux épousailles de Léon Préville et de Claire Boisvert.
L’intérêt pour nous, au plan généalogique, est le suivant : ce couple, marié en 1848, a engendré 13 enfants,  dont 3 qui sont décédés en bas âge. (au total : 9 garçons et 1 fille – Marie Natalie )

Les neufs garçons issus de ce couple ont pour leur part engendré une descendance disons, très, très nombreuse! Cliquez le lien ci-dessous pour en constater l’ampleur:


La dot de Claire Boisvert  


accueil(2)_TNG

Sont issus de ce noyau plusieurs membres participant aux activités de notre association généalogique, pour n’en mentionner que quelques uns ou querlques unes : Nicole Préville-Morin, Alfréda Préville (Gaston Laporte), Ross Préville, Ernest Marchand (Andrée Lafond) de même que les frères Denis Préville (Louise Fafard) et Alain Préville (Raymonde Trudel). Ajoutons également Jacques Préville et son fils Francis Préville, ainsi que Robert Venne.

 

QUELQUES SINGULARITÉS NOTÉES DANS CE CONTRAT DE MARIAGE

1) La dot de la future mariée, donnée par Michel Boisvert et son épouse : – soit une vache laitière, un rouet à filer, un buffet peint, une mère moutonne, un porc, un lit garni, sans tour de lit, six poules six cuillères, six couteaux, six fourchettes, six tasses, six soucoupes et une théière.
 
2) S’ajoute aux biens des futurs époux : les outils de métier de Léon, comme menuisier, une jument sous poil rouge, attelée à un sleigh propre de même qu’une vache.

3) À noter que les futurs époux iront vivre une fois mariés chez les parents de Léon puisque selon le libellé du traité de mariage les parents de Léon,  « Charles Préville et Angèle Geoffroy, son épouse, de lui dûment autorisée (*), promettent … de garder avec eux les futurs époux et d’en prendre soin comme leurs autres enfants… durant l’espace de trois années consécutives… ».

4) Autre détail intéressant: ils … ont déclaré ne savoir signer de ce enquis, ont fait leurs marques ordinaires d’une croix, par les soussignés, et lecture
faite.



Le texte intégral de ce document notarié peut être consulté en cliquant le lien suivant :

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s